21 décembre 2016

Soldats restés derrière les lignes et fusillés

     On trouve dans la partie numérisée des archives royales de Belgique des affiches annonçant que des soldats français ont été fusillés par les Allemands car ils se trouvaient en zone occupée (peut-être depuis 1914) et ne s'étaient pas dénoncés avant le 20 novembre 1915. L'un d'entre eux était soldat au 127e RI, le régiment stationné à Valenciennes ; je cite également les autres car pour certains je n'ai pas plus d'information à leur sujet :  Oscar Olivier du 127e régiment d'infanterie, fusillé à La Fère... [Lire la suite]
Posté par alain dubois à 02:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 décembre 2016

Déportée à Valenciennes

      Au moins une fois (et probablement pas la seule), Valenciennes a été lieu de déportation : s'il est vrai que ses habitants ont été largement déportés vers l'est (et jusqu'en Lithuanie), c'est une habitante de Cirey-sur-Vezouze (Meurthe-et-Moselle) que l'occupant envoie à Valenciennes :       MAZERAND Marthe Marie Anicette, née THIEBAUT le 17 avril 1851 à Sorcy (Meuse). Elle épouse à Nancy le 26 Août 1873 Jean Baptiste MAZERAND, alors négociant. Nommé administrateur de Cirey en Novembre 1914,... [Lire la suite]
Posté par alain dubois à 12:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 novembre 2016

Cimetière St-Roch (Valenciennes) durant la guerre.

      Gazette des Ardennes du 6 avril 1918        Lorsque la municipalité de Valenciennes - obéissant à la loi de 1791 interdisant tout inhumation en ville (entendez par là autour des églises situées en ville) - fait la même année l'acquisition d'un terrain au hameau de St Roch pour y créer le cimetière du même nom, elle n'imaginait certainement pas l'ampleur que celui-ci allait prendre, car devant les besoins, la Ville acquiert en plusieurs fois jusque 1900 les terrains sur la rive droite... [Lire la suite]
Posté par alain dubois à 16:15 - Commentaires [5] - Permalien [#]
12 novembre 2016

Le p'tit Quinquin

  Il n'est nul besoin de présenter la Marseillaise du Nord, berceuse (canchon dormoire) écrite en ch'ti en 1853 par le poète lillois Alexandre Desrousseaux (1820-1892) (photo ci-contre de l'agence Meurisse ; source Gallica). Pour bien illustrer ce qu'elle représente pour les gens du Nord (de la France) voici d'autres paroles écrites par un prisonnier et parues dans le Journal des Réfugiés du Nord du 23 août 1916 pour célébrer le retour au pays.   En voici les paroles, peu lisibles sur l'original :... [Lire la suite]
Posté par alain dubois à 16:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 novembre 2016

Les Bataillons de Travailleurs Civils (ZAB)

     En 1921 parait aux éditions Thery Gustave, 99 rue de Mons, l'Almanach de l'arrondissement de Valenciennes pour l'année suivante. Il renoue avec la tradition des "Armena d'Valinciennes" qui paraissaient avant la guerre. Sous la plume d'un certain M.T. le récit ci-dessous, que l'auteur signale être en vente 1,25f (100 fr le cent) - et qui est peut-être plus complet - relate les conditions de réquisition des travailleurs civils.      Comme toujours je le retranscris tel quel, laissant le... [Lire la suite]
Posté par alain dubois à 20:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 octobre 2016

Mai 1940

       Il y a 30 ans (en 1986) j'avais obtenu que mes parents rédigent leur exode de mai 1940, la seconde guerre formant à mon sens un tout depuis 1870 jusque 1945. Mon père (Jean DUBOIS) était agent SNCF (alors chemin de fer du Nord) et à ce titre mobilisé à son poste, ma mère travaillait au central téléphonique de Valenciennes, élément essentiel des communications, et avait une obligation de service, qui a pris fin avec un ordre de repli lorsque les correspondants ne répondaient plus. ... [Lire la suite]
Posté par alain dubois à 18:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 septembre 2016

Revue des pompiers, Incendie, Punition

  Le comte Von Bernstorff chef de la Commandature, voulut, comme à Saint-Quentin, [d'où la population -et ses pompiers- avaient été évacués vers "le Nord" (et la Belgique) en 1917 lors de l'Opération Alberich, consistant pour l'armée allemande à réduire la longueur du front en se repliant sur la ligne dite Hindenbourg,] passer la revue des pompiers ; aussi la municipalité reçut-elle l'ordre suivant: « Le vendredi 11 mai 1917, je passerai en revue les pompiers de Valenciennes. Tous les pompiers, y compris leur chef Meurs,... [Lire la suite]
Posté par alain dubois à 23:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 septembre 2016

Bombardements 1916

  Précédent : 1915 Valenciennes et l'aviation Suivant : 1917        Voulant agrandir, nous l'avons dit, le champ d'aviation, le mercredi 5 janvier 1916, l'un des propriétaires voisins, M. Henri Dupont, reçut l'ordre péremptoire de mettre, dans les vingt-quatre heures, sa maison de la Briquette à la disposition du parc d'aviation. Il ne pouvait emporter aucun meuble, aussi fut-il forcé d'accepter l'hospitalité de l'un de ses amis.Il obtint cependant de laisser sa vieille cuisinière pour... [Lire la suite]
Posté par alain dubois à 00:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 septembre 2016

Valenciennes et l'aviation

      Suivant : 1915   La ville de Valenciennes terminait l'installation de son champ d'aviation à la "Briquette" et la Société aéronautique venait de se constituer, lorsque la guerre éclata; de sorte que les Allemands trouvèrent des abris et un terrain prêts à les recevoir.Les officiers aviateurs réquisitionnèrent les maisons de M. Henri Dupont et de Mme Denis attenantes au champ d'aviation, et firent de grands travaux pour les raccorder à la gare de Marly.Par la suite, ce camp devint trop petit;... [Lire la suite]
Posté par alain dubois à 20:33 - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 septembre 2016

Bombardements de 1915

    Valenciennes et l'aviation Suivant : 1916        Le 22 mars 1915, à onze heures et demie, des aviateurs français viennent jeter des bombes, visant le champ d'aviation et le dépôt de munitions.A l'usine des wagons-lits, il y eut de grands dégâts. Les Allemands, postés à la Pyramide Dampierre, tiraient sur eux, sans les atteindre. L'une des bombes françaises tomba sur la Place Cardon, sans éclater. Les pionniers allemands la firent aussitôt sauter.       ... [Lire la suite]
Posté par alain dubois à 20:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]