La chaîne Info (LCI) titre ce 8/11/2018 :"A l'approche de l'Armistice du 11 novembre 1918, il n'était pas facile de trouver des drapeaux tricolores. Des articles de journaux de l'époque rapporte qu'au célèbre Bazar de l'Hôtel de Ville (l'actuel BHV), on était en en rupture de stock."

      Et bien pour une fois, depuis le début de l'invasion (25/8/1914 en ce qui concerne Valenciennes), il y aurait eu un avantage à être des territoires occupés; c'est du moins ce que dévoile dans son numéro du 14 au 20 novembre 1918 le journal :

entete

Voici l'article en question :

extrait

Il est vrai qu'au vu des photos prises à Valenciennes dès après la libération de la ville le 2/11/1918, il est légitime de se poser la question .....

"Civilians in Valenciennes cheer a Canadian ammunition column passing through the town".
November, 1918 "Civils acclamant une colonne canadienne de munitions traversant la ville"

 

3551 a003450-v8

     La scène se passe au débouché de la rue de Paris sur la place d'Armes, coin aussi célèbre que la Mercerie " Au coin de Rue" qui a subsisté jusqu'aux années 70. Les drapeaux sont nombreux : France, Commonwealth, États-Unis, Italie (Armes du roi), etc.

    Les panneaux indicateurs sont toujours en allemand, et un Wechselstube -Bureau de change- côtoie la Taverne Lorraine ; à l'étage de celle-ci on distingue un opérateur de prise de vues avec caméra sur trépied, et l'on aperçoit un officier en képi, probablement de la mission française auprès de l'armée britannique ; préparent-ils la visite du Président de la République (Raymond Poincaré) le 10 ? Les vestiges trop visibles de l'occupant auront alors disparu.