◄ De GROFFOS à LEGRAND E.

LEGRAND Léon Hypolite
LEGUAY Charles François
LELANDAIS Eugène Constant
LESOIN Gaston Louis
LETISSIER Arsène Victor
LUNEL Auguste Jean Pierre
MALHEOT Léonard
NANOT Léonard
MARTIN Auguste Jean
MESLIN Constant Joseph

De MOHAMED BEN M'AHMED
à PHAM VAN LONG
 ►

 

Tombe n° 306 :

Source: Externe
LEGRAND Léon
Soldat 21e R.I.T.
Mort pour la France le 26-08-1914

LEGRAND Léon Hypolite né le 12 novembre 1876 à Ménerval (Seine-Inférieure) de Louis Toussaint et Marie Virginie Céleste MALIVOIRE. Matricule 128 classe 1896 à Rouen Nord, il effectue un service de 3 ans d'abord au 39e RI puis au 154e RI suivi de périodes d'exercice au 39e RI en 1904 puis 1907 (dispensé de la 3e période comme sapeur-pompier).
Mobilisé le 4 août 1914 au 21e RIT, il est tué le 26 août à 4h du matin à Orchies ou il est inhumé avant son transfert en 1923 à la création du carré militaire de Valenciennes. Copie de l'acte de décès sera transmis par Orchies le 10 septembre 1914 : la ville, non occupée, pouvant encore correspondre avec la zone libre ; il sera transcrit le 30 septembre à Dampierre-en-Bray.

Le 21e régiment d'infanterie territoriale faisait partie du très mince rideau de forces alliées opposées aux armées allemandes arrivant par la Belgique malgré sa neutralité.
"La tâche confiée aux Territoriaux était visiblement au-dessus de leurs forces, car le front à garder était immense, et l’extrême nécessité explique seule que le Commandement ait eu recours à un pareil expédient."

Voir le cas de ABRAHAM du 21e RIT pour les combats d'Orchies.


L'acte de décès dressé à Orchies n'est plus disponible, la ville ayant été délibérément incendiée par représailles le 27 septembre 1914 sur ordre du Major Von Mehring. Quelques actes ont pu être reconstitués à partir de ceux adressés le 10, mais pas celui de Legrand Léon.

Son nom figure au monument aux morts de Dampierre-en-Bray :

MaM Dampierre en Bray

Une demande a été déposée auprès du site Mémoire des Hommes pour l'énoncé des prénoms (Léon Hypolite)


Tombe n° 240 :

Source: Externe
LEGUAY Charles
Soldat 25e R.I.
Mort pour la France le 18/07/1917

LEGUAY Charles François né le 15/06/1881 à St-Vaast (Manche) de Louis Charles et NOEL Marie Edouarine. Matricule 1248 Classe 1901 au recrutement de Cherbourg, il est incorporé au 25e RI en 1904 pour un service d'un an (après 2 ajournements ; il effectue ensuite deux périodes au même régiment en 1908 et 1910. Rappelé à la mobilisation générale il rejoint le 25e RI 11e compagnie le 12/08/1914.
En septembre 1916 il est cité à l'ordre du régiment :

"Sous la conduite de son chef de section, s'est résolument lancé sur une tranchée ennemie fortement occupée malgré un feu violent de mitrailleuses et les pertes subies a réussi à prendre position à courte distance d'un réduit de mitrailleuses et a ainsi contribué à la reddition d'un fortin fortement organisé."

Il est porté disparu le 13/10/1916 au Bois de Chaulnes (Somme).

Bois-de-Chaulnes
(source JMO du 9e RMTA)


Son état des services indique un internement à Vahn, puis décédé le 18/7/1916, sans précision de lieu, mais il est mort au Lazaret Bavarois de Valenciennes.

C'est ce que confirment les registres du CICR dont celui-ci :

dc9472

La famille avait contacté la Croix-Rouge en l'absence de nouvelles :

FicheR

Il a été inhumé en tombe commune (Sammelgrab) mais avec cercueil (ici n°263) avant la création du carré militaire en 1923.

Son nom figure au monument aux morts de St-Vaast-la-Hougue :

MaM St Vaast

 


Tombe n° 270 :

Source: Externe
LELANDAIS Eugène
Soldat au 26e R.I.
Mort pour la France le 24-8-1914

LELANDAIS Eugène Constant né le 16/02/1877 à Gorron (Mayenne) fils de jean-Baptiste et de FOUGERES Justine. Matricule 1195 classe 1897 recrutement de Mayenne. Il effectue un service de 3 ans au 104e RI de 1898 à 1901, suivi de 2 périodes au 130e RI en 1904 et 1907 et une autre au 26e RIT en 1912. Rappelé à l'activité et arrivé au 26e RIT le 4/8/1914, il est tué à Crespin le 20 jours plus tard à 10h du matin selon l'acte de décès, alors que le régiment tente -avec d'autres forces en nombre très insuffisant- de contenir la première armée allemande qui vient d'envahir la Belgique malgré sa neutralité. Voir le cas de PREVERT sur ce blog.

Il y a deux fiches à son nom au CICR, dont une faisant état de recherches ; c'est en juin 1916 que paraîtra dans la Gazette des Ardennes N°206 une liste des soldats inhumés "derrière le front allemand".

FicheRt

Il est inhumé à Crespin, puis transféré au carré militaire St Roch à sa création en 1923.

L'acte de décès établi en mairie de Crespin, situé en zone occupée jusque novembre 1918, n'étant pas accessible, la famille obtiendra un jugement qui sera transcrit à Paris 18e le 20 octobre 1917 (et non le 21/09 comme indiqué sur sa fiche MdH).

Son nom figure au monument aux morts de Gorron et au mémorial virtuel de la ville de Paris.


Tombe n° 256 :

Source: Externe
LESOIN Gaston
Soldat 401e R.I.
Mort pour la France le 30-3-1919

LESOIN Gaston Louis né le 8/11/1895 à Marchiennes (Nord) de Lucien et PION Camille. Matricule 363 classe 1915 recrutement de Valenciennes-Douai (et non de Cambrai comme indiqué sur la fiche MdH).
Il a été incorporé au 148e RI le 16/11/1914, puis au 62e RI et au 93e RI 11e compagnie selon son état de services. Il y est affecté lorsqu'il est porté disparu à Mesnil-les-Hurlus le 25/09/1915 et signalé comme prisonnier de guerre à "Marchienneg (Allemagne)"

Marchienneg
sic ESS.

L'une des fiches d'enquête de la Croix-Rouge le signale interné à Munster II le 1er mai 1916, matricule 642, Corvée M.64, mais deux autres registres le donnent à Giessen puis évacué de Giessen vers Soltau.

FicheR

Il sera rapatrié le 20/12/1919 et après un passage au 165e RI, affecté au 401e d'infanterie 6e compagnie le 24/01/1919, puis évacué malade le 26/03 il décède à l'hopital général de Valenciennes (maladie contractée en en service) le 30/03/1919 à 5h du matin.

Son nom figure au monument aux morts de Marchiennes.


Tombe n° 285 :

Source: Externe
LETISSIER Arsène
Soldat 330e R.I.
Mort pour la France de 12-8-1917

LETISSIER Arsène Victor né le 21/07/1886 à St-Denis-de-Gastines (Mayenne) de Joseph et GOBE Adèle. Matricule 809 classe 1906 au recrutment de Mayenne, il effectue un service de 2 ans (1907-1909) au 115e RI ainsi qu'une période d'exercice en 1912. Rappelé à l'activité au 130e RI le 3 août 1914, puis versé au 330e RI (de réserve) 5e bataillon (Btn Jacquinot), 18e compagnie, il est porté disparu le 6/09/1916 à Vermandovillers (Somme), présumé prisonnier (il a été capturé le 4 septembre selon les registres du CICR) et interné à Wahn qu'il n'a jamais atteint mais où ont été internés ceux capturés en même temps que lui.

Vermandovillers SO
Carte du S-O de Vermandovillers issue du JMO du 330e RI page 11
où l'on retrouve les principales tranchées citées.

En réalité, blessé, il est soigné à l'hôpital Bavarois de Valenciennes où il décède le 12 août 1917. Il n'y a pas d'acte de décès enregistré en mairie : depuis le 30 juillet 1917 l'occupant ne transmet plus les décès survenus dans ses hôpitaux. Il sera d'abord inhumé dans le cimetière d'honneur tombe 280 avant son transfert dans le carré militaire du même cimetière St-Roch le 17/11/1923.

dc9360


Il faudra un jugement rendu par le tribunal de Mayenne en 1921 pour déclarer le décès constant. L'acte sera transcrit en mairie de St-Denis-de-Gastines le 27/10/1921.

Son nom figure au monument aux morts de St-Denis-de-Gastines :

MaM StDdG


Tombe n° 254 :

Source: Externe
LUNEL Auguste
Soldat 27e R.I.T.
Mort pour la France le 6-9-1914

LUNEL Auguste Jean Pierre né le 9 avril 1875 à St-Calez-en-Saosnois (Sarthe) de Pierre et TESSIER Lucie.
Matricule 1251 Classe 1895 au recrutement de Mamers, il effectue un service militaire de 3 ans (1896-99) au 117e RI, puis au 103e RI pour une campagne en Algérie du 16/02 au 10/08/1899 et revient au 117e RI ; il effectue 3 périodes d'exercices : au 115e RI en 1903 et 1905 puis au 27e RIT en 1911.
A la mobilisation générale du 2/8/1914 il est rappelé dans ce dernier régiment, 2d bataillon, 8e compagnie.

Historique
Extrait de l'historique du 27e RIT pour la journé du 25 août.


    Selon la famille qui s'inquiète auprès du CICR du manque de nouvelles il est "disparu depuis le 25 août à Douai". La croix-rouge ne dispose pas d'information, jusqu'à la parution d'une liste dans La Gazette des Ardennes n°389 du 29-4-17 qui le signale enterré à Valenciennes ; (je ne sais comment interpréter la mention "fin août 1894)".

Fiche R


Toujours est-il que son décès le 6 septembre 1914 à 11h du soir à l'ambulance du Collège de Jeunes Filles, 8, Boulevard Pater à Valenciennes, enregistré en mairie mais indisponible pour la zone libre jusqu'en novembre 1918, ne sera communiqué à la famille que le 29/05/1917.
Il est inhumé dans le cimetière allemand avant d'être transféré en 1923 dans l'actuel carré militaire.

Plaque cimetière allemand
Plaque du monument allemand 1914. (cliquer)

Malgré l'armistice et la libération des territoires occupés, il y aura jugement en 1921 et transcription à Vivoin (Sarthe) le 14/03/1921.

Son nom figure au monument aux morts de Vivoin "LUNEL A."


Tombe n° 236 :

Source: Externe
MALHEOT Léonard
Soldat 60e B.C.P.
Mort pour la France le 28-7-1915

MALHEOT Léonard né le 27/04/1878 à Alleyrat (Corrèze) de Léger et FOURNOL Marie. Matricule 1879 classe 1898 au recrutement de Tulle, il effectue un service d'un an (1901-1902) au 80e RI suivi de deux périodes au 80e RI en 1905 et au 300e RI en 1908. Rappelé à la mobilisation générale au 92e RI, il passe au 18e BCP en décembre 1914 puis au 60e Bataillon de Chasseurs à Pied, 9e compagnie, en juin 1915.

En juillet le bataillon participe à la 2de bataille d'Artois dans le secteur du cimetière de Souchez et du Cabaret Rouge :

souchez
(JMO de l'artillerie de la 77e division d'infanterie)

Le 12 juillet 1915 le secteur est soumis à un bombardement d'une violence excessive (sic JMO 60eBCP) à la fin de la journée on dénombre 12 morts, 28 blessés et 45 disparus. Parmi ces derniers Malhéot Léonard qui, blessé, a été capturé et soigné à l'hôpital Bavarois de Valenciennes (ambulance du Lycée Wallon, place de la République, Hôpital 61 de la 6e Armée)  où il décède le 28 juillet 1915.

Sans nouvelles, la famille s'adresse à la croix-rouge. Il y a 5 fiches à son nom dont une de recherche mais la référence (R 16288) n'est pas accessible. Il semble qu'une première communication ait été faite le 16/10/1915, et une seconde 14/06/1917.

FicheR

Plusieurs pages de registre donnent un peu plus d'information :

dc2865

et celle-ci qui précise "fosse commune avec cercueil" (N° 37) :

dc7103

Il existe cependant un acte de décès enregistré à la mairie de Valenciennes, au nom de MALHIOT, qui est également le nom qui figure sur son état des services (mais il est né Malhéot). L'acte est resté inconnu de la famille malgré la libération des territoires occupés, elle obtiendra en 1921 un jugement du tribunal d'Ussel qui sera transcrit à Meymac le 30/03/1921.

Son nom figure aux monuments aux morts d'Alleyrat et de Meymac.


Tombe n° 275 :

Source: Externe
MANOT ou NANOT Léonard
Soldat 327e R.I.
Mort pour la France le 20-8-1917

NANOT Léonard né le 21/09/1896 à La Porcherie (Haute-Vienne) de Jean et MEDARD Marie. Matricule 503 classe 1916 au recrutement de Brive(-la-gaillarde, Corrèze, mais figurant dans un registre de la Haute-Vienne), incorporé le 10/04/1915 au 9e RI, passé au 7e RI le 3/12/1915 puis au 327e RI 5e bataillon 17e compagnie le 21/8/1916. Il est porté disparu le 4 septembre au bois blockhaus au nord-est de Lihons :

Bois Blockhaus

Selon l'historique : "Le régiment prend part, les 4, 5, 6 et 7 Septembre, à l'attaque d'une série de tranchées en direction du Bois des Chaulnes, il se heurte à des blockhaus garnis de mitrailleuses et à des troupes excellentes manœuvrières, il leur fait de nombreux prisonniers et leur occasionne des pertes sérieuses. Pendant ces quatre journées, les pertes du Régiment s'élevèrent à 32 Officiers et 1013 hommes"(in Historique du 327e RI). Le JMO rapporte pour la seule journée du 4 : 44 tués, 142 blessés et 247 disparus :

Nanot Disparu JMO 327 19170904

Il est en réalité prisonnier, comme d'autres du 327 à Lihons ou Pressoir et figure sur les listes de mars et octobre (?) 1917 du camp de Limburg a.d. Lahn. A-t-il réellement atteint le camp ? Toujours est-il qu'il est soigné au lazarett bavarois, division 62, feldpost 45 de Valenciennes : il y décède le 12 août 1917 des suites de maladie (verstorben infolge Krankheit) et est inhumé au cimetière allemand, tombe 282 avant d'être déplacé en 1923 dans le carré militaire actuel.

dc9497


Il n'y a pas d'acte enregistré en mairie, l'occupant ne transmettant plus les décès survenus dans ses hôpitaux depuis mi-juillet 1917. La famille a obtenu en janvier 1922 un jugementde décès, transcrit à La Porcherie le 01/03/1922.

Son nom figure au monument aux morts de La Porcherie :

MaM LP

☞ Une demande a été déposée auprès du Pôle des Sépultures pour rectification du nom et de la date de décès.


Tombe n° 267 :

Source: Externe
MARTIN Auguste
Soldat 27e R.I.
Mort pour la France le 28-8-1914

MARTIN Auguste Jean né le 27/08/1877 à Paris-13e de Jean Benoit et GUILLEMOT Marie Julie. Matricule 2573 classe 1897 (mais inscrit sur le registre de 1898 - et non matricule 1898 comme sur la fiche MdH) au recrutement de la Seine-3e bureau, il effectue un service de 2 ans au 93e RI, puis . périodes au 115e RI en 1904 et 1907 et 1913.
Rappelé à la mobilisation il rejoint le 27e RIT le 4/08/1914, blessé dans les premiers combats le long de la frontière belge il décède à l'hôpital auxiliaire de Valenciennes, ambulance du Collège de Jeunes Filles 8 boulevard Pater le 28/8/1914 à 2h du matin (et non "au cimetière" comme indiqué sur la fiche MdH) ; il est inhumé au cimetière des soldats créé par l'occupant, tombe commune cercueil n°4. Il sera déplacé en 1923 dans l'actuel carré militaire.

plaque cimetière allemand
Monument allemand de 1914 (cliquer)

Sans nouvelles, la famille s'adresse à la Croix-Rouge, une fiche de recherche parmi celles à son nom renvoie vers La Gazette des Ardennes n°389 du 29-4-17 qui le signale enterré à Valenciennes. Les références barrées concernent d'autres Martin.

FicheRa FicheRb

 Seule la référence de décès +7097 le concerne :

dc7097

Son nom figure dans le livre d'or de la ville de Bagnolet où il résidat. Le monument aux morts communal ne porte aucun nom.
Une demande de rectification a été déposée auprès du site MdH : matricule et lieu de décès (fiche non réindexable)


Tombe n° 223 :

Source: Externe
MESLIN Constant
Soldat 26e R.I.T.
Mort pour la France le 24-8-1914

MESLIN Constant Joseph né le 24/06/1876 à Hercé (Mayenne) de Louis Emmanuel et BENARD Hortense. Matricule 1204 classe 1896 au recrutement de Mayenne, il effectue un service militaire de 3 ans (1897-1900) au 103e RI, puis deux périodes au 130e RI en 1903 et 1906 suivi d'une troisième au 26e RIT en 1912. C'est dans ce régiment qu'il est rappelé à l'activité à la mobilisation générale : il y arrive le 4 août 1914, et est tué à Crespin (Nord) le 24/08/1914 à 10h du matin selon l'acte de décès, alors que le régiment tente -avec d'autres forces en nombre très insuffisant- de contenir la première armée allemande qui vient d'envahir la Belgique malgré sa neutralité. Voir le cas de PREVERT sur ce blog.
Il est d'abord inhumé au cimetière de Crespin, puis transféré au carré militaire de Valenciennes lors de sa création en 1923.

Il y a deux fiches à son nom au CICR, dont une faisant état de recherches ; c'est en juin 1916 que paraîtra dans la Gazette des Ardennes N°206 une liste des soldats inhumés "derrière le front allemand" (R 7401). Il semble que la famille n'ait été prévenu par ce biais qu'en avril 1917

FicheR

Malgré l'acte de décès dressé à Crespin et disponible dès l'armistice, la famillee obtiendra en 1919 un jugement du tribunal de Mortagne(-au-Perche) transcrit à Pervenchères (Orne) le 5/07/1919.

Son nom figure au monument aux morts de Pervenchères :

MaM Pervenchères


 

◄ De GROFFOS à LEGRAND E.

LEGRAND Léon Hypolite
LEGUAY Charles François
LELANDAIS Eugène Constant
LESOIN Gaston Louis
LETISSIER Arsène Victor
LUNEL Auguste Jean Pierre
MALHEOT Léonard
NANOT Léonard
MARTIN Auguste Jean
MESLIN Constant Joseph

De MOHAMED BEN M'AHMED
à PHAM VAN LONG
 ►