Desrousseaux

Il n'est nul besoin de présenter la Marseillaise du Nord, berceuse (canchon dormoire) écrite en ch'ti en 1853 par le poète lillois Alexandre Desrousseaux (1820-1892) (photo ci-contre de l'agence Meurisse ; source Gallica).

Pour bien illustrer ce qu'elle représente pour les gens du Nord (de la France) voici d'autres paroles écrites par un prisonnier et parues dans le Journal des Réfugiés du Nord du 23 août 1916 pour célébrer le retour au pays.

 

RduPays

En voici les paroles, peu lisibles sur l'original :

                Air du Ptit Quinquin, de Desrousseaux


                            1er Couplet
Amis Caimberlots on' cainchonnette
Jé m'sus bin promis d'vos avertir
N'avé d'aimbitieux ni d' déshonnête
Al' peut malgré tout vos divertir
Fait sus un'ai qui soulage
Al' va parler du village
No coer d'el prison s'envol'ra
Jusqu'à no mason.

                                 Refrain
       C'est mi qui vos l'dis
       Qui vos l'erdis
       Mes bons amis,
       La guerre au pays
       A' n' dur'ra mi toudis.

                            2e Couplet
C' n'est mi ré d'parler pourvu qu'in r'vienne,
Qu' tous nos avons dit d'un air gaillard :
J'vorau, mes amis, qu'in s'in souvienne
In s' faisint moins d' bile et moins d' pétard
Puisque c'est ainsi qu'in l'nomme
Dit'z au "cafard" : min bonhomme
T' véras m'vir ed'main
Aujourd'hui t' peux passer tin c'min!

                            3e Couplet
El' jour attindu, lé v'la qu' t'approche
I'n peut pus tarder, ça c'est certain :
No fimme al' va v'nu, avec el' mioche,
Nos r'querre à la gare un bé matin ;
Quind nos saut'rons pà l' portière,
Avec un' larme à l' paupière,
D' joie et d'émotion
In imbrass'ra l' population.

                            4e Couplet
El' gosse i' nos f'ra s' baise à bouquette
Comme in sait les faire à no pays
I dira naïf, lorgnint l' musette :
C'est i' vrai papa qu' t'erviens d' Paris ?
Mère' m'a dit qu' si j'étais sage
T'a'lais m' rapporter d' voyage
Un bé tis dada,
Et pis cor du biscuit d' soldat.

                            5e Couplet
J'ara du rabiot dins les caresses
Qu'ins f'ra d' tous côtés, mêm' sus les yeux ;
L' fimme al' nos dira dins ses tindresses :
T'as dû t'innuyer dis min tiot fi'ux ?
Nos li répondrons, no tiote
Caracho, rabot', rabote
C'est bin intindu
In va rattraper l' timps perdu.

FERNAND DE CODRY

    Il s'agit ici comme indiqué du patois de Cambrai, plus proche du picard que le rouchy, dans lequel l'auteur n'a pas abusé - par exemple des "Ch" - n'accentuant pas ainsi les déformations du français.
On remarquera simplement l'antépénultième vers du 5e couplet "Caracho, rabot', rabote" directement issu du russe хорошо, работа работа (bien, travail travail), évoquant ainsi la proximité avec des prisonniers de cette nationalité.

 

    Pour qui veut se remémorer "Le p'tit Quinquin", j'ai choisi une version du grand Raoul (de Godewaersvelde) qui s'est fait la voix douce et la chante bien comme une berceuse, certaines autres interprétations prêtant fort peu à l'endormissement :

{Refrain}
Dors, Min p'tit quinquin,
Min p'tit pouchin, Min gros rojin
Te m'fras du chagrin
Si te n'dors point ch'qu'à d'main


Ainsi, l'aut' jour eun' pauv' dintellière,

In amiclotant sin p'tit garchon
Qui d'puis tros quarts d'heure, n'faijot qu'ed braire,
Tâchot d'lindormir par eun' canchon.
Ell' li dijot : Min Narcisse,
D'main, t'aras du pain d'épice
Du chuc à gogo
Si t'es sache et qu'te fais dodo !
{au Refrain}


Et si te m'laiche faire eun'bonn'semaine

J'irai dégager tin biau sarrau,
Tin pantalon d'drap, tin giliet d'laine...
Comme un p'tit milord te s'ras farau !
J't'acat'rai, l'jour de l'ducasse
Un porichinell' cocasse,
Un turlututu,
Pour jouer l'air du capiau-pointu...
{au Refrain}


Nous irons dins l'cour Jeannette-à-Vaques

Vir les marionnett's. Comme te riras,
Quand t'intindras dire : "Un doup pou' Jacques !"
Pa' l'porichinell' qui parl' magas.
Te li mettras din s'menotte,
Au lieu d' doupe, un rond d'carotte !
It' dira merci !...
Pins' comme nous arons du plaisir !...
{au Refrain}


Et si par hasard sin maite s'fâche,

Ch'est alors Narcisse, que nous rirons !
Sans n'n'avoir invi', j'prindrai m'n air mache
J'li dirai sin nom et ses surnoms,
J'li dirai des fariboles
I m'in répondra des drôles
Infin un chacun
Verra deux pestac' au lieu d'un
{au Refrain}


Allons serr' tes yeux, dors min bonhomme

J'vas dire eun' prière à P'tit Jésus
Pou' qu'i vienne ichi, pindant tin somme,
T'fair'rêver qu'j'ai les mains plein's d'écus,
Pour qu'i t'apporte eun' coquille,
Avec du chirop qui guile
Tout l'long d'tin minton,
Te poulèqu'ras tros heur's de long !...
{au Refrain}


L'mos qui vient, d'Saint'Nicolas ch'est l'fête

Pour sûr, au soir, i viendra t'trouver
It' f'ra un sermon, et t'laich'ra mette
In d'zous du ballot, un grand painnier.
I l'rimplira, si t'es sache,
D'séquois qui t'rindront bénache,
San cha, sin baudet
T'invoira un grand martinet
{au Refrain}


Ni les marionnettes, ni l'pain n'épice

N'ont produit d'effet. Mais l'martinet
A vit' rappajé l' petit Narcisse,
Qui craignot d'vir arriver l'baudet
Il a dit s'canchon dormoire...
S'mèr' l'a mis dins s'n ochennoire :
A r'pris sin coussin,
Et répété vingt fos che r'frain.
{au Refrain}

{Refrain}
Dors, mon petit bébé,
Mon petit poussin, mon gros rouquin
Tu me feras du chagrin
Si tu ne dors pas jusqu'à demain.


Ainsi l'autre jour une pauvre dentellière,

En langeant son petit garçon
Qui depuis trois-quarts d'heure, pleurait sans arrêt,
Tâchait de l'endormir par une chanson.
Elle lui disait : Mon Narcisse,
Demain, tu auras du pain d'épice
Du sucre à gogo
Si tu es sage et que tu fais dodo !
{au Refrain}


Et si tu me laisses faire une bonne semaine

J'irai dégager ton beau sarrau,
Ton pantalon de drap, ton gilet de laine...
Comme un petit milord tu seras faraud !
Je t'acheterai, le jour de la fête paroissiale
Un polichinelle cocasse,
Un turlututu,
Pour jouer l'air du Chapeau-pointu...
{au Refrain}


Nous irons dans la cour de Jeannette-aux-Vaches

Voir les marionnettes. Comme tu riras,
Quand tu entendras dire : "Un sou pour Jacques !"
Par le polichinelle qui parle mal.
Tu mettras dans sa menotte,
Au lieu de sou, un rond de carotte !
Il te dira merci !...
Pense comme nous aurons du plaisir !...
{au Refrain}


Et si par hasard son maître se fâche,

C'est alors, Narcisse, que nous rirons !
Sans en avoir envie, je prendrai mon air méchant,
Je lui dirai son nom et ses surnoms,
Je lui dirai des fariboles
Il m'en répondra des drôles
Enfin, chacun
Verra deux spectacles au lieu d'un
{au Refrain}


Alors, ferme tes yeux, dors, mon bonhomme

Je vais dire une prière au Petit Jésus
Pour qu'il vienne ici, pendant ton somme,
Te faire rêver que j'ai les mains pleines d'écus,
Pour qu'il t'apporte une brioche,
Avec du sirop qui dégouline
Le long de ton menton,
Tu te pourlécheras pendant trois heures !...
{au Refrain}


Le mois prochain, de Saint Nicolas c'est la fête

Pour sûr, le soir, il viendra te trouver.
Il te fera un sermon, et te laissera mettre
Sous la cheminée un grand panier ...
Il le remplira, si tu es sage,
De "je-ne-sais-quoi" qui te rendront heureux,
Sinon, son baudet
T'enverra un grand martinet.
{au Refrain}


Ni les marionnettes, ni le pain d'épice

N'ont produit d'effet. Mais le martinet
A vite calmé le petit Narcisse,
Qui craignait de voir arriver le baudet
Il a dit sa berceuse ...
Sa mère l'a mis dans son berceau,
A repris son coussin [de dentellière],
Et répété vingt fois ce refrain.
{au Refrain}

 A noter que le "doup' (double)" dont il est question dans la version patoise est une survivance du doublon de l'occupation espagnole.

double

 

 

     La version proposée n'a probablement pas été la seule à s'inspirer de la musique très connue de Desrousseaux, et le thème du P'tit Quinquin reste fédérateur ; ainsi dès septembre 1940 parait le bulletin de l'Amicale des Réfugiés du Nord (au sens très large) :

export

 

     J'avais déjà présenté dans un sujet sur les rapatriés cette photo de 1916 l'agence de presse Rol, parue dans Gallica et légendée ainsi :

Un petit quinquin [au milieu des bagages sur le quai de la gare], réfugié du Nord,
rapatrié à Evian

Rol

 


 

    Le même Journal des Réfugiés du Nord du 23 août 1916 présente une autre de "Nos Marseillaises", en l'occurence "Les Enfants de Valenciennes", dont je n'ai retrouvé aucun enregistrement tel que nous l'entendions lors de concerts, dans les kiosques à musique des jardins de la ville ; si un lecteur dispose d'une version, merci d'avance.

EdV