Hormis les récits des Valenciennois, témoins et acteurs,  la liste des otages est imparfaite bien que les archives municipales en détiennent certainement plusieurs listes (sinon toutes).

     On peut cependant retrouver trace de certains d'entre eux dans les listes publiées au Journal Officiel lorque la Médaille des victimes de l'invasion leur a été attribuée. Cette dernière a été créée par décret du 30 juin 1921 portant création d'une médaille dite : « des victimes de l'invasion » (J.O. du 4 juillet 1921 - Page 7613)

MVI

  • Gravée par Pierre DAUTEL né en 1873 à Valenciennes, décédé en 1951, Premier Grand Prix de Rome en 1902.
    Rondes en bronze, en bronze argenté, argent ou vermeil et du module de 30 mm.
    elles sont remises avec un diplôme.
  • Sur l’avers : une femme coiffée d’un foulard, mains liées et le regard tourné vers le mot  FRANCE,  est représentée sur un fond de village ruiné, surmonté par une ligne de feu coupant l’horizon.
    Le revers porte l’inscription  AUX  VICTIMES  DE L’INVASION - LA  FRANCE  RECONNAISSANTE inscrite à l’intérieur d’une couronne de palmes portant les dates  1914 - 1918. La médaille est surmontée d’une large bélière rectangulaire fixe, constituée par un motif de chaînes.
  • Le ruban est bleu marine avec une raie centrale noire de 2 mm et une bande rouge de 5 mm de chaque côté, à 5 mm du bord.
  • S'y adjoindront 2 agrafes dorées, d’un modèle particulier :
    PRISONNIERS POLITIQUES et OTAGES DE GUERRE.

Médaille


 

     Une médaille destinée à distinguer les otages et prisonniers emmenés en captivité de ceux qui ont subi l'invasion mais sont restés au pays sera créée ensuite : décret du 25 août 1936 portant application de la loi du 14 mars 1936 instituant une Médaille des prisonniers civils, déportés et otages de la grande guerre. (J.O. du 27 août 1936 - Page 9182)

Voir également sur ce blog.


N.B. : Je ne cite ici au fur et à mesure de mes lectures du JO que les noms du valenciennois.

 

Journal officiel du 04 mai 1922  (figurent dans cette liste de nombreux otages en Lithuanie)

  • Médaille de vermeil
    • M. MAURICE-FONTAINE (François-Charles), 15 rue Tholozé à Valenciennes. Otage à quatre reprises différentes et déporté à Holzminden.

  • Médaille de bronze
    • M. DEHECQ (Joseph) à Villers-Pol. Otage en Lithuanie
    • M. l'abbé DIENNE (Ernest-Eugène-Camille) rue des Remparts à Valenciennes. Otage en Lithuanie.
    • M. DOYE (Lucien), 3 rue Corbeau à Raismes. Prisonnier et travailleur forcé.
    • M. DUPAS (Maurice), rue Milhomme à Valenciennes. Interné à Holzminden.
    • M. DUPONT (Albert-Jean), place du Canada à Valenciennes. Otage à Holzminden.
    • M. DUPONT (Charles-Gabriel), 80 boulevard Saly à Valenciennes. Otage à Holzminden.
    • M. DUPONT (Léon), 30 place d'Armes à Valenciennes. Otage à Holzminden.
    • M. DUPONT (Maurice-Ghislain), 19 rue Nouvelle-Hollande à Valenciennes. Otage à Holzminden.
    • M. DUPONT (Paul-Léon), 1 Boulevard Watteau à Valenciennes. Otage à Holzminden.
    • M. DUPONT de Saint-Ouen (fernand-louis-Joseph) 137, rue de Paris à Valenciennes. Otage en Lithuanie.
    • Mme veuve Fally, née Lanthiez (Elvire-Adelaïde-Aubertine), 3 rue Mathieu de Quinvigny à Valenciennes. Otage à Holzminden.
    • M. d'HAUSSY (Georges-Dorothée), à Artres. Otage en Lithuanie.
    • Mme MALLEZ, née Candelot (Marie-Eléonore), 3 rue d'Haspres à Thiant. Otage à Holzminden.
    • M. EWBANK (Georges-Aimable), 64 rue de Courcelles à Paris. Précédemment à Valenciennes rue du Grand-Fossart. Otage en Lithuanie.

 

 Journal officiel du 11 novembre 1922

  • Médaille de vermeil
  • Médaille d'argent
    Médaille de bronze
    • Mme veuve SAINT-QUENTIN née CELLIER (Aimée-Louise 17 rue des Viviers à Valenciennes : déportée à Holzminden.
    • M. SAVOYE (Aristide) 13 rue Abel-de-Pujol à Valenciennes : otage à Holzminden.
    • M. THIETARD (Gustave) 159 rue de Saint-Amand à Anzin : mis au secret à Anzin.
    • Melle TORREZ (Marguerite-Marie-Anne) 19 rue des Porchelets à Valenciennes : otage à Holzminden.
    • Mme veuve VAN MERRIS née TRINQUET (Laure-Sophie) 15 rue Abel-de-Pujol à Valenciennes : otage à Holzminden.
    • Mme veuve VERDAVAINE née GIRAUD (Berthe-Marie-Louise) rue d'oultreman à Valenciennes : otage à Holzminden.
    • M. VRECQ (Emile) à Vieux-Condé : Otage à Milejgany et Block-Roon
    • M. l'abbé WUIOT (george-Alfred) 12 place Saint-jean à Valenciennes : otage en Lithuanie.
    • Mme veuve ZOUDE née DREMEAUX (Juliette) avenue du général Horne à Valenciennes : otage à Holzminden.

Journal officiel du 26/27 décembre 1922 

  •  Médaille de vermeil
    • Feu M. VALLIN (Louis-Joseph), ayant demeuré grand-Rue, à Ostricourt : tué à l'age de neuf ans par un soldat allemand ivre.

  • Médaille d'argent
    • M. COINT (Georges-Louis-Aimé) 33 rue Colart-Creste à Valenciennes : travailleur forcé, réfractaire, mis en cellule, évadé à plusieurs reprises.
    • M. FLANDROY (Camille-Joseph) au Poirier n°3 à Trith-Saint-léger : interné dans divers camps d'Allemagne ; s'est évadé et s'est engagé.
    • M. HOTTON (Julien) au Poirier n°1 à Trith-Saint-léger : emprisonné dans divers camps ; s'est évadé ; s'est engagé.
    • Mme RIVART née DEUDON (Marie-Antoinette) 46 rue Jean-Jaurès à Marly : six mois de cellule ; est restée six mois aveugle ; emprisonnée par la suite pour refus de travail.
    • M. TAHON (Louis) 66 coron de la Lune à Trith-Saint-Léger ; emprisonné pour refus de travail : blessé grièvement.
    • Feu M. VIART (Augustin) ayant demeuré à Anzin : déporté dans divers camps ; mort des suites d'une chute au cours d'un travail forcé. Médaille à titre posthume.

  • Médaille de bronze
    • M. AUBRY (Emile) au Poirier n°2 à Trith-Saint-léger : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. BASTIN (Henri) au Poirier à Trith-Saint-Léger ; déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. BIRON (Arthur) au Poirier à Trith-Saint-Léger ; déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. BONTEMPS (Armand-Felix-Joseph) au Poirier à Trith-Saint-Léger ; déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. BOONE (Lucien-René-Jérôme) 217 rue de Valenciennes à Fresnes-sur-Escaut : otage ; victime de sévices.
    • M. BRISART (Fernand) 4 rue de l'Egalité à Trith-Saint-Léger : travailleur forcé dans la zone du front.
    • M. BULLAERT ( Gustave) Faubourg de paris à Valenciennes : travailleur dans la zone du front ; frappé et blessé.
    • M. CARETTE (Ernest-Louis-François-Joseph) à Maresches : déporté à Mecklembourg.
    • M. CARETTE (François-Ernest-Marie-Joseph) à Maresches : déporté à Mecklembourg.
    • M. CARTON (Fernand-Jules) faubourg de Cambrai à Valenciennes : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. CAZIN (Emile-Nicolas-François) 29 rue Edmond-Guillaume à Valenciennes ; incarcéré à Valenciennes, Aix-la-Chapelle et Anrath.
    • M. COPIN (Désiré) à Fresnes-sur-Escaut : otage en Lithuanie.
    • M. COUDOUX (Auguste) 66 rue de la collinière à Saint-Amand : déporté dans divers camps d'Allemagne ; malade.
    • M. DARGENT (Isidore) au Poirier n° 230 à Trith-Saint-Léger : déporté et travailleur réfractaire.
    • M. DELVAUX (Alphonse) au Poirier n° 27 à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps allemands.
    • M. DEMOTTE (Ernest) au Poirier n° 88 à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. DENIS (Aldophe-Désiré-Joseph) au Poirier n° 134 à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. DEPAS (Auguste) au Poirier n° 4 à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. DESMET (Henri) 182 au Poirier à Trith-Saint-Léger : déporté au camp de Cassel.
    • M. DUBOIS (Marius-Louis) 40 rue de Tinchon à Saint-Waast-le-Haut, Valenciennes ; travailleur forcé ; victime de sévices.
    • M. DUCULOT (Auguste) au Poirier à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. DUPAGNE (Gustave) au Poirier 73 à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. FABRY (Gilles-Joseph) au Poirier à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • Melle FELY (Flore-Augustine-Celina) ferme Heurtebise à Trith-Saint-léger : emprisonnée à Rouvignies.
    • M. FOLLARD (Oscar) Chemin-vert à Aulnoy-lez-Valenciennes  : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. GOISSE (Maurice-Pierre-Louis) faubourg de cambrai à valenciennes : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. HAUSSY (René-Hubert-Edouard) 7 rue péclet à Valenciennes : travailleur forcé victime de sévices.
    • M. HISTACE (Désiré-Ferdinand) au Poirier n° 185 à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • Mme RODRIGUE née PERSYN (Philomène) 15 Place du neuf-Bourg à Valenciennes : mise en cellule à deux reprises à Valenciennes.
    • M. ROYE (Eugène-jean-Baptiste-Louis 181 route de Mons à Saint-Saul(ve) : interné à Senne et Holzminden puis travailleur forcé ; évadé.
    • M. SABLON (Emile) au Poirier n° 140 à Trith-Saint-léger : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. SAINT-MOULIN (Adolphe) au Poirier n° 210 à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps d'Allemagne ; malade.
    • M. THIRION (jean) au Poirier n° 199 à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps allemands.
    • M. TONNON (Ernest) au Poirier n° 114 à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • M. URBAIN (Gaston) au Poirier n° 259 à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps d'Allemagne.
    • Mme VAN CANEGHEM née Brereton (Adrienne-Joséphine) 16 rue Ferrand à Valenciennes : incarcérée puis déportée à Holzminden.
    • M. VANDENGERGHE (Joseph) au Poirier n° 65 à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps allemands.
    • M. VAN HERZEELE (Florisse) 39 rue de la gare à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps et travailleur forcé.
    • M. WALLET (Emile-Désiré) au Poirier n° 111 à Trith-Saint-Léger : déporté dans divers camps allemands.
    • M. WILLEM (Léon-Félix) au Poirier n° 244 à Trith-Saint-Léger.

 


 Journal officiel du 2 mars 1923

 

 A suivre ...